Les enfants n’ont pas leur place à Marseille aujourd’hui : écoles délabrées, circulation anarchique et dangereuse, pollution, manque de parcs et jardins. Ils sont pourtant notre avenir commun et ont droit à un environnement sain et protégé.

 

« Le bien-être des enfants est l’indicateur suprême d’un habitat sain, d’une société démocratique
et d’une bonne gestion des affaires publiques
».
Résolution de l’ONU, 1996

 

2#1 Mieux protéger la petite enfance  

L’environnement du jeune enfant de 0 à 3 ans est une période clé pour son développement physique, neurologique et intellectuel. L’exposition dès la petite enfance à un environnement pollué peut entraîner des maladies graves à l’âge adulte. Nous transformerons les crèches municipales en bâtiments éco-pensés, avec une réduction des dépenses d’énergie et d’eau, une alimentation plus saine (nourriture 100% bio et contenants en verre ou en inox), un mobilier et des produits d’entretien sans perturbateurs endocriniens.

 

2#2 Accompagner les familles

Un plan de construction de crèches municipales sera mis en œuvre afin de s’assurer que, à l’issue de la mandature, aucun enfant ne soit laissé sans mode de garde. Nous recruterons des assistant·es maternel·les agréé·es en nombre suffisant dans ces lieux d’accueil et de garde de nos enfants. Les horaires des crèches ne sont pas adaptés aux besoins de certains parents. Nous expérimenterons l’ouverture de crèches à des horaires plus flexibles y compris nocturnes. Les haltes-garderies et modes d’accueil ponctuels ou de courte durée seront développés pour permettre aux familles ne remplissant pas les critères de bénéficier d’une place en crèche et d’avoir accès à des modes de gardes alternatifs. La Ville soutiendra les parents isolés, notamment les plus jeunes et ceux qui sont dans une situation fragile.

 

2#3 Rénover les écoles

L’état de certaines écoles de la ville est catastrophique, voire dangereux et peu propice à l’apprentissage. Rénover les écoles en mauvais état et en construire de nouvelles sera donc un chantier prioritaire de notre mandat. Nous déploierons un plan de rénovation des écoles marseillaises : un quart des écoles seront rénovées au cours de la mandature, en maîtrise d’ouvrage publique, pour un montant évalué à 200 millions d’euros sur 6 ans. Il s’agira de restaurer les bâtiments délabrés et de régler les problèmes d’étanchéité, d’isolation, d’amiante, d’hygiène et de sécurité. Nous refuserons tout montage financier de type PPP (partenariat public-privé).

 

2#4 Construire des écoles résilientes 

Nous construirons 12 nouveaux groupes scolaires pendant le mandat pour accueillir les 600 nouveaux élèves à scolariser chaque année (coût évalué à 96 millions d’euros). Ces nouvelles écoles respecteront les normes environnementales les plus exigeantes, notamment en matière d’isolation thermique. Elles seront des lieux inclusifs, agréables, propres et modernes. Les espaces seront pensés pour la pratique d’activités intellectuelles, physiques, artistiques et de détente.

 

2#5 Adapter les écoles au climat 

Rénover les écoles ne sera pas suffisant car un quart d’entre elles sont de véritables passoires thermiques : elles sont inadaptées au climat méditerranéen et aux épisodes climatiques extrêmes. Nous végétaliserons les cours de récréation et débetonnerons les espaces ouverts pour créer des îlots de fraîcheur et permettre le ruissellement des eaux de pluie. Nous équiperons les établissements en vitres anti-chaleur et brise-soleil pour mieux gérer la lumière et la température.

 

2#6 Créer une Commission École et Transparence

La Commission École et Transparence assurera un dialogue permanent entre l’administration, les responsables politiques et les représentant·es de parents, à propos des travaux envisagés (rénovation et construction), de l’organisation des activités périscolaires… Elle sera dotée d’une plateforme numérique de gestion des demandes ouverte à tous les membres de la commission.

 

2#7 Revoir le temps d’accueil périscolaire

Le temps d’accueil périscolaire présente des dysfonctionnements : pas d’aide aux devoirs, des activités parfois peu éducatives, un coût trop élevé pour certaines familles. Pour lutter contre les inégalités scolaires qui reproduisent souvent les inégalités sociales, nous proposerons un service intégré d’aide aux devoirs dans toutes les écoles jusqu’à 18h. À la fin de chaque période, nous évaluerons avec les animateurs·trices et les parents le fonctionnement des garderies du matin et du soir afin de les améliorer.

 

2#8 Transformer la restauration collective 

Le contrat de délégation de service public (DSP) passé en juin 2018 fait de la société SODEXO un prestataire unique jusqu’en 2025. Ainsi une seule cantine centrale alimente quotidiennement les 470 écoles publiques et distribue plus de 50 000 repas par jour. Nous avons 5 ans pour préparer l’après SODEXO et recréer une restauration à taille humaine et de qualité. Nous créerons deux cuisines centrales par arrondissement, qui seront approvisionnées à 100% par des produits biologiques, locales ou équitables (pour les produits qu’on ne trouve pas sur le territoire). Les nouveaux établissements créés seront systématiquement équipés de cuisines afin d’y mettre un·e vrai·e cuisinier·ère.

 

2#9 Mettre en place une alimentation saine et responsable : 100% de bio

Manger sainement est essentiel pour être en bonne santé et apprendre. Trop d’enfants ne mangent que du pain à la cantine. Des repas moins carnés cuisinés à partir de produits de l’agriculture biologique locale remplaceront les plats ultra-transformés (gras, salés, sucrés) proposés par la Sodexo. Nous proposerons deux repas végétariens par semaine pour éduquer les enfants à une alimentation durable. Nous exigerons que les contenants utilisés ne soient pas un danger pour la santé des enfants (pas de phtalates, de bisphénol, de plastifiants). Nous élaborerons une tarification progressive plus juste pour les familles aux revenus modestes. Nous ferons de la restauration collective publique un modèle de transition vers l’alimentation durable. Les cantines seront approvisionnées en aliments par la filière agricole bio locale et régionale. Nous accompagnerons pédagogiquement les établissements scolaires et établissements de formation dans le primaire, le secondaire, l’enseignement supérieur et la formation continue. Nous créerons un jardin et un verger pédagogique dans chaque école de Marseille, pour éduquer les enfants aux fruits et légumes des saisons. Nous mettrons en place un plan anti-gaspillage alimentaire, nous proposerons notamment des menus “gros appétit” et “petit appétit” dans chaque cantine. Nous favoriserons la valorisation des déchets verts grâce au compostage dans les cantines scolaires et la restauration collective de l’administration.

 

2#10 Améliorer les conditions de travail du personnel municipal

L’insuffisance du personnel municipal dans les écoles ne permet pas des conditions de sécurité et d’encadrement suffisants. Les agents sont souvent multitâches et trop peu nombreux pour s’occuper correctement des enfants. C’est pourquoi nous recruterons 300 agents et rendrons plus accessible le droit à la formation interne. Grâce à une meilleure formation, les agents seront des personnes ressources en capacité de repérer les cas de harcèlement et de prévenir les comportements violents entre élèves. Pour protéger la santé de tou·te·s, nous nous engageons à l’utilisation de produits d’entretien éco-labellisés.

 

2#11 Réduire la pollution de l’air à proximité des écoles

La circulation des voitures amène trop de pollution aux particules fines dans les écoles et trop de bruit. Pour protéger la santé des enfants, nous créerons des zones 30 devant les établissements ainsi que des murs végétaux. Nous ferons respecter fermement l’interdiction du stationnement anarchique devant les établissements scolaires.

 

2#12 Sécuriser les trajets et rendre les transports accessibles

Les enfants doivent pouvoir se rendre à l’école en toute sécurité. Nous garantirons la circulation des parents avec poussettes et celles des enfants en instaurant une largeur minimum des trottoirs, et en interdisant tout stationnement de véhicules sur les trottoirs. Les transports en commun seront gratuits pour les scolaires et des kits Pédibus pour le trajet vers l’école seront mis à disposition des parents.

 

2#13 Multiplier les espaces de jeux 

Courir, s’aérer, s’amuser devraient être à la portée de tous les enfants. Or la ville manque cruellement d’espaces de jeux. Nous créerons un maillage de parcs et jardins pour que chaque enfant puisse trouver un espace vert à moins de dix minutes à pied de chez lui et s’y détendre.

 

2#14 Découvrir nos espaces naturels

Le territoire marseillais est composé d’un tiers d’espaces naturels. Or peu d’enfants ont la chance de profiter de ce trésor. Nous planifierons un financement pour que chaque élève bénéficie d’une classe découverte au cours de sa scolarité élémentaire et soit sensibilisé aux enjeux liés au vivant et à la biodiversité.

 

2#15 Éduquer à la vie citoyenne

L’école forme de futur·es citoyen·nes. Les écolier·ères doivent eux aussi, comme les adultes, bénéficier d’un espace décisionnel et démocratique. Ils doivent pouvoir élaborer et mettre en place des projets qui améliorent leur cadre de vie ou celui de la communauté.  Pour les préparer à leur rôle de futur·es citoyen·nes, nous mettrons en place des mini-budgets participatifs spécifiques pour les écoles.

 

2#16 Apprendre à nager

À Marseille, le parc des piscines publiques a diminué de 50 % en dix ans. La ville de Marseille dispose d’un nombre de piscines six fois inférieur à la moyenne nationale. Cette situation ne permet pas de dégager suffisamment de créneaux horaires pour les scolaires. Pourtant les programmes de l’éducation nationale prévoient une heure hebdomadaire pour les CE2, les CM1 et les CM2. Nous rénoverons les piscines municipales pour améliorer l’état des bassins et permettre leur totale ouverture.

 

2#17 Restaurer les moyens du Centre pédagogique de la Mer 

Le Centre pédagogique de la Mer a vu ses moyens diminuer depuis 2015, au point de devoir déménager dans des Algecos et de ne presque plus recevoir les écolier·ères de la Ville pour des ateliers pédagogiques. Pour que les petits Marseillais·es puissent de nouveau découvrir la mer, sa faune et sa flore, nous nous engageons à réinstaller le Centre pédagogique de la Mer dans des locaux adaptés à ses activités, à ses aquariums et à ses excursions en mer dans le parc National des Calanques et dans le parc des Récifs du Prado. Nous sanctuariserons ses moyens et favoriserons la construction de projets pédagogiques avec chacune des écoles de la ville.

 

2#18 Soutenir l’éducation à la lecture

L’amplitude des horaires de bibliothèque sera élargie (soirée, week-end) pour mieux accueillir le jeune public. De vraies médiathèques à l’offre diversifiée destinées à tous les publics seront ouverte dans les quartiers les plus enclavés qui ne disposent, dans le meilleur des cas, que de modestes « espaces-livres ». Des bibliobus feront leur retour devant les écoles pour que tous les enfants puissent avoir accès à aux livres.

 

2#19 Les mercredis de la jeunesse

Les enfants doivent se sentir bien dans leur ville. Nous créerons des “mercredis de la jeunesse” mensuels en mobilisant les lieux publics (places publiques, rues fermées pour cette occasion) pour accueillir les enfants dans différents ateliers découverte, sportifs, culturels ou scientifiques.

 

2#20 Créer des lieux adaptés aux adolescent·es

Dans certains quartiers, les adolescent·es n’ont aucune structure pour les accueillir. Nous faciliterons l’installation des associations sportives, artistiques et culturelles dans les quartiers en mettant à disposition des locaux mutualisés. Ces espaces disposeront également de ludothèques.

 

2#21 Lutter pour la mixité sociale et contre les inégalités 

L’école publique et républicaine a pour vocation de permettre la réussite et l’épanouissement de toutes et tous. Mais, en manipulant la carte scolaire et en privilégiant financièrement les établissements privés, la municipalité met volontairement en place une politique ségrégationniste et inégalitaire. L’école Ruffi en est un exemple criant. Nous créerons les conditions de la mixité et repenserons les activités périscolaires pour permettre la mise en place systématique de l’aide aux devoirs et de projets culturels ambitieux.